Accueil Publimath  Aide à la recherche   Recherche Avancée   Aidez-nous à améliorer cette fiche  Vidéo d'aide
Certification IDDN Valid HTML 4.01 Transitional
Auteur(s) : Parzysz Bernard. Dir. ; Bonn Michel. Dir.

Titre : Université d'Eté Marseille 1999. Le métier d'enseignant de mathématiques. Au tournant du XXIe siècle.

Editeur : APMEP Association des professeurs de mathématiques de l'enseignement public (APMEP) Paris, 2001 Collection : Publication de l'APMEP Num. 133
Format : 17 cm x 24 cm, 160 p. Bibliogr. pag. mult.
ISBN : 2-912846-09-9  ISSN : 0291-0578

Université d'Eté : Le métier d'enseignant de mathématiques Marseille France 1999

Type : actes de colloques, de congrès, conférence Langue : Français Support : papier

Public visé : enseignant, formateur

Résumé :

Cette université d'été, organisée à l'initiative de l'Association des Professeurs de Mathématiques de l'Enseignement Public (APMEP), se proposait de mener une réflexion sur le métier d'enseignant de mathématiques au tournant du XXIe siècle, eu égard aux changements profonds qui sont intervenus depuis quelques années dans la définition du métier et qui vont se poursuivre dans le futur, ainsi que sur les retombées inévitables de ces changements sur la formation (initiale et continue). Cette réflexion devait prendre en compte un certain nombre d'axes, liés a la transformation rapide du "milieu" dans lequel évoluent les enseignants de mathématiques dès le début de leur formation depuis quelques années, tels en particulier :
- la création des Instituts Universitaires de Formation des Maîtres en 1991
- la prise en charge de la formation continue par les MAFPEN, puis par les IUFM
- l'évolution des publics, à tous les niveaux (école, collège, lycée, post-bac), rendant nécessaire la recherche de nouvelles formes de travail des élèves
- l'évolution des programmes
- l'évolution des technologies (calculatrices, TICE)

Les diverses interventions prévues sous forme de conférences-débats et d'ateliers se proposaient donc d'alimenter cette réflexion et de susciter entre les intervenants et les stagiaires un brassage d'idées, de façon à tirer un bilan de la formation actuelle et à faire émerger une prospective sur l'évolution à court et moyen termes des professions liées à l'enseignement des mathématiques.


Première partie : une entrée en matière

* "Formation initiale et continue des enseignants : état des lieux, évolutions actuelles et à prévoir" par Alain Bouvier.
Alain Bouvier a présenté un panorama de la formation continue des enseignants de mathématiques depuis 1968, date de la création des premiers Instituts de Recherche sur l'Enseignement des Mathématiques (IREM), qui bouleversaient d'une certaine façon les pratiques antérieures en faisant travailler ensemble des enseignants- chercheurs et des professeurs du secondaire (voire du primaire) sans dispositif hiérarchique, les recherches entreprises assurant les fondements scientifiques des actions ultérieures de formation continue. La création des MAFPEN en 1982 a ensuite quelque peu modifié le mode de fonctionnement des IREM dans le domaine de la formation continue. Alain Bouvier déplore qu'a la création des IUFM (1991) les IREM soient "passé à coté" de ceux-ci, en ne s'en rapprochant pas davantage, d'autant plus qu'en 1998 leurs missions se sont trouvées augmentées de la prise en charge de la formation continue.
Dans la discussion qui a suivi, un tour d'horizon a permis de s'apercevoir que les rapports entre IREM et IUFM étaient très variables suivant les académies, ainsi que les positions des participants à l'université d'été à ce sujet, certains défendant le maintien des IREM au sein des universités, d'autres préconisant leur intégration à l'IUFM. La situation des IREM par rapport aux universités d'une part et aux IUFM d'autre part reste donc une question ouverte, de même que leur place dans la formation continue. D'autre part, la question a été posée de l'accompagnement des professeurs sortant des IUFM ("PLC3") ; des stages existent déjà dans diverses académies, et il serait souhaitable qu'ils se généralisent: un accompagnement des professeurs débutants par les IUFM reste à organiser.

* "Evaluation et objectifs de l'enseignement dans le second degré, à travers l'analyse statistique d'opinions d'enseignants de Terminale" par Régis Gras
Le thème de la conférence de Régis Gras ( professeur des universités émérite à l'IRESTE, Nantes) portait sur l'évaluation et les objectifs de l'enseignement du second degré, à travers l'analyse statistique d'opinions d'enseignants de Terminale. Après avoir présenté le logiciel CHIC , utilisé pour l'exploitation de données statistiques recueillies, il a brossé un panorama des représentations des professeurs de Terminale sur l'épreuve de mathématiques du Baccalauréat, telle qu'elle se pratique actuellement et telle qu'elle pourrait se pratiquer ( rôle des calculatrices, contrôle continu...), en mettant en évidence divers "profils" d'enseignants, obtenus d'après les réponses à un questionnaire portant sur ce sujet.

* "Une approche sociologique de l'enseignement des mathématiques" par Patrick Trabal
Patrick Trabal, lui, s'est penché sur l'aspect social de l'enseignement des mathématiques et, au delà, sur les rapports entre science et société. Pour lui la formation scientifique est violente en ce sens qu'elle impose une forme de pensée (le raisonnement hypothético-déductif), au détriment d'autres formes possibles. Par exemple dans le cas de la géométrie, les conflits entre les modes de validation perceptif et théorique sont sources de contradictions qui peuvent être mal vécues par l'élève. L'enseignant a alors le choix entre trois attitudes: soit user d'un argument d'autorité pour imposer le point de vue de la théorie, soit démissionner en refusant de gérer les tensions, soit rechercher des solutions grâce au dialogue.


Deuxième partie : les nouvelles formes de travail et les contenus

* "Les TIPE sont-ils utiles ?" par Jean-Pierre Lowys
En liaison avec la future introduction des travaux personnels encadrés (TPE) dans les classes de Premières et Terminales, cette conférence a mis en évidence, à la base de l'introduction des TIPE, le désir de "faire travailler autrement" et de "détaupiniser" les élèves des classes de préparatoires en établissant une nouvelle relation élève-maître . Les TIPE sont conçus comme une préparation à la démarche scientifique qui constitue le quotidien d'un ingénieur, et sont destinées à mettre en oeuvre des qualités spécifiques (ouverture d'esprit, initiative personnelle, esprit critique...). Le professeur joue alors le rôle de guide , plus que de détenteur du savoir ( puisqu'il n'est spécialiste que de sa discipline), et la relation maître élève s'en trouve ipso facto modifiée.

* "Une option scientifique en 2de et 1ére S... pourquoi ?" par Jean-Pierre Richeton
Jean-Pierre Richeton a parlé dans son atelier , de l'expérimentation qu'il mène dans son lycée d'une "option scientifique" en seconde, dans laquelle les élèves ont la possibilité de réellement chercher (et "sécher" sur des problèmes non triviaux. Sa qualité de formateur associé à l'IUFM lui a également permis de confronter des professeurs stagiaires à certains de ses problèmes et d'observer leur grande difficulté à "démarrer" une recherche. Il pose la question de la généralisation d'une telle pratique, par exemple par la création d'une "option sciences " en Seconde, comportant une heure de sciences physiques et une heure de sciences de la vie hebdomadaires.

* "Pourquoi et comment développer l'esprit statistique au collège et au lycée ?" par Jean Claude Girard
Jean Claude Girard a posé la question du développement de l'esprit statistique au collège et au lycée. Pourquoi ? Parce qu'une culture minimale dans ce domaine est maintenant indispensable à tout citoyen. Une étude de quelques documents graphiques issus de la presse permet de mettre en évidence les erreurs et contresens que l'on peut y trouver: référentiel inadapté, mauvais choix de la variable par rapport à la question posé, problèmes de modélisation, etc.

* "Peut-on envisager un enseignement de l'aléatoire au collège ?" par Bernard Parzysz
Bernard Parzysz a proposé un atelier sur l'enseignement des probabilités, en posant la question d'une initiation à l'aléatoire dès le collège ( comme cela se pratique dans la plupart des pays européens). S'appuyant sur une enquête réalisée en classe de Cinquième, il a montré que, dès cet âge, les élèves ont des idées - parfois justes, parfois fausses- sur le "hasard ; et qu'ils sont en mesure d'entreprendre une réflexion sur ce thème à partir d'expérimentations simples. Des exemples d'activités pratiquées en Espagne et en Italie ont ouvert des pistes sur ce qui pourrait être envisagé en France.

* "Construction et évaluation de problèmes dans le style "Prospective Bac" pour les classes de première et de terminale" par Régis Gras et Jean-Pierre Richeton
L'APMEP a, depuis quelques temps mis sur pied le groupe de travail "Prospective BAC", chargé d'étudier les possibilités et les conditions d'une évolution des sujets de mathématiques du Baccalauréat. Le groupe s'est d'abord attaché à mettre en évidence les principales caractéristiques des sujets actuels, en particulier l'absence d'initiative laissée à l'élève, ce qui contredit en quelque sorte le sens de la démarche mathématique. La question est maintenant posée de rechercher comment on peut concevoir des sujets laissant au moins partiellement, une place à cette initiative.

*" Présentation du logiciel CHIC sur des données du questionnaire portant sur l'expérimentation d'épreuves de mathématiques en classe de Première" par Régis Gras


Troisième partie : les nouvelles technologies

* "Intégration des outils de calcul symbolique dans l'enseignement des mathématiques. Comment concevoir une formation mieux adaptée ?" par Dominique Guin
Dominique Guin, dans sa conférence, a présenté les résultats d'une recherche portant sur l'intégration, dans l'enseignement secondaire des mathématiques, des calculatrices disposant du calcul symbolique. Cet outil (qui a priori n'a pas été conçu pour l'enseignement mais pour des utilisateurs professionnels) permet une approche de l'analyse qui diffère de l'approche traditionnelle, et plus intéressante par certains côtés. Mais sa mise en oeuvre et son effet sur les représentations des élèves relativement aux concepts concernés ne sont pas sans poser quelques problèmes. Il faut donc se garder d'un enthousiasme excessif vis-à-vis de ce nouvel outil et poursuivre les recherches et expérimentations, comme c'est d'ailleurs le cas en ce qui concerne l'intégration des calculatrices.

* "Multimédia et ateliers virtuels pour l'enseignement du traitement d'image" par Patrick Horain, Krystian Mikolajczyk et Wojciech Maziarz
Patrick Horain a parlé de son expérience dans l'utilisation des moyens multimédia et d'ateliers virtuels dans la formation des ingénieurs, relativement à des thèmes touchant à la physique et aux mathématiques (par exemple les séries de Fourrier), et montré l'intérêt des apports de ces nouvelles technologies, en particulier dans leur aspect dynamique et leur convivialité (l'étudiant "dialogue" avec l'ordinateur). La conférence illustrée d'exemples de réalisations convaincants, a montré l'intérêt d'un tel dispositif, et a également posé le problème de la transposition matérielle (conception et réalisation de la séquence ), place dans l'ensemble des pratiques éducatives, évaluation, etc.

* "Publimath, banque de données APMEP-IREM" par Michèle Pécal et Gérard Coppin
Michèle Pécal a présenté avec Gérard Coppin la banque de données PUBLIMATH, élaborée conjointement par l'APMEP et l'ADIREM, qui a pour but de fournir aux enseignants et futurs enseignants de mathématiques une bibliographie avec une entrée par auteurs, par mots-clés ou par une recherche plein texte. Cette banque en voie de constitution recense plus de 2500 ouvrages ou articles.

* "Prise en main d'un logiciel: le cas de GéospacW" par Serge et Marie-Louise Hocquenghem
Serge et Marie-Louise Hocquenghem se sont intéressés au premier contact de l'enseignant avec un logiciel d'aide à l'enseignement (en l'occurrence GEOSPACE). Leur expérience leur a montré qu'une simple prise en main "technique" est insuffisante: un certain nombre de notions doivent être également explicitées pour que l'appropriation puisse être effectuée dans de bonnes conditions, et en particulier celle de "figure". Ils ont également montré, dans un autre atelier, comment on peut maintenant insérer aisément et rapidement des figures interactives (par exemple de type Géoplan) dans des documents informatiques standard (de type Word) permettant ainsi la création de didacticiels.

* "Les nouveaux documents mathématiques intégrant des figures interactives" par Serge et Marie-Louise Hocquenghem

* "Le CREAM, un centre de ressources interactif pour les PLC2 de mathématiques " par Eliane Cousquer, Anne Midenet et Bernard Godon
Bernard Godon a présenté le site du CREAM, centre de ressources interactif pour les professeurs de mathématiques stagiaires développé par une équipe de l'IUFM Nord-Pas de Calais. L'équipe de recherche est composée de maîtres de stage, de directeurs de mémoire, de formateurs associés, d'universitaires... ; elle se situe dans la mouvance de l'opération "La main à la pâte", initiée par Georges Charpak. La fonction du CREAM est d'être un centre d'écoute et de ressources pour ces professeurs stagiaires. Il propose des situations d'enseignement riches et variées, conçues pour intéresser les élèves difficiles.

* "ClassMath, un classeur de documents mathématiques pour le lycée" par Rémi Belloeil
ClassMath est un classeur informatisé de documents mathématiques diffusé par l'APMEP, qui permet de consulter, mais aussi de créer des documents relatifs à des activités mathématiques. Il a été présenté par Rémi Belloeil, qui a fait manipuler ce classeur par les participants de son atelier, et a relaté l'expérience d'un professeur stagiaire qui l'avait utilisé -sous le contrôle de son tuteur- tout au long de son année de formation.


Quatrième partie : la formation initiale et continue.

* "Souvenirs, souvenirs....Tours1990" par Michel Bonn

* "Formation continue expérimentale en mathématiques dans l'académie de Toulouse" par Jean-Paul Bardoulat
Jean-Paul Bardoulat relate la mise en place d'un projet de formation continue des enseignants de mathématiques dans l'académie de Toulouse, développe le dispositif retenu et précise les différentes modalités retenues.

* "La place de l'enseignant-chercheur en IUFM dans la formation des enseignants de mathématiques" par Michel Carral et Michel Mérigot
Ils ont posé la question du rôle du rôle des enseignants chercheurs en mathématiques dans les IUFM. Ils ont abordé des questions fondamentales, comme :
- celles des rapports entre savoirs disciplinaires et formation des maîtres (laquelle doit d'une part intégrer la compréhension en profondeur des concepts enseignés, et également fournir des compléments là où la formation universitaire des futurs enseignants se révèle insuffisante),
- celle de la recherche en IUFM (qui, pour pouvoir être légitimée, doit satisfaire aux critères universitaires usuels)
- celle des IUFM en tant que centres de ressources pour les enseignants en poste

* "Utilisation d'un logiciel de géométrie dynamique en formation de professeurs des écoles" par Christiane Rolet
La présentation de l'atelier s'est faite en trois points: dans le premier ont été donnés rapidement les résultats qu'une recherche sur les conceptions des futurs Professeurs d'Ecole (PE) a permis d'établir; le deuxième a fourni le cadre général de la formation en géométrie donnée aux PE ; enfin le troisième point a présenté des exemples de l'utilisation faite de l'instrument Cabri-géomètre dans cette formation.

* "Utilisation d'un logiciel de géométrie dynamique en formation initiale de professeurs de mathématiques " par Philippe Clarou
L'atelier a été conçu autour de la formation proposée aux PLC2 de l'IUFM de Grenoble sur l'utilisation en classe de Cabri-géomètre.

* "Utilisation d'un logiciel de géométrie dynamique en formation continue de professeurs de mathématiques" par Bernard Capponi
Dans cet atelier sont abordés les problèmes liés a la formation continue des enseignants de mathématiques concernant la géométrie dynamique. L'outil de référence retenu a été le logiciel Cabri-Géomètre II

Notes :

Mots clés :


© ADIREM-APMEP -2003- ISSN 1292-8054 Mise à jour 15/08/2015
Accueil Publimath  Aide à la recherche   Recherche Avancée   Aidez-nous à améliorer cette fiche  Vidéo d'aide
Certification IDDN